Le rôle d’équipage (2) : François-Xavier Cuende

juillet 15th, 2014  |  Published in A la une !, Blog  |  4 Comments

Cet article poursuit une série qui me tient particulièrement à cœur : vous présenter les vrais gens qui participent (à part moi himself moi-même en personne) à la gamme de Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part.

Dans ce but, je leur ai demandé de bien vouloir répondre à une petite interview, mi-fantaisiste, mi-sérieuse.

Pour ce deuxième opus, je passe la parole à un des plus fidèles compagnons de cette équipée. Un compère bien trop rare ces jours-ci mais dont j’espère sincèrement le retour au cœur de l’aventure de Terra Incognita.

1. Bonjour moussaillon ! Rappelle-moi ton nom et tes états de service.

En fait de moussaillon, je suis plutôt un vieux loup de mer dans le JdR, puisqu’il y a environ 6 lustres que j’ai embarqué pour la première fois dans une aventure rôlistique. Après des premiers pas dans un univers celtique teinté de surnaturel, pour lequel j’ai gardé une grande affection (merci aux créateurs de Légendes celtiques), j’ai découvert que l’éditeur Ftansy Games Unlimited (FGU) publiait des jeux qui collaient très bien à mes goûts de lecteur et de cinéphile : je pouvais me prendre pour Indiana Jones avec Daredevils, pour d’Artagnan avec Flashing Blades / Les trois mousquetaires, ou pour Robert Surcouf avec Privateers and Gentlemen.

Rares sont les autres genres rôlistiques dans lesquels je suis à l’aise : ce sont surtout les jeux ancrés dans « notre » Histoire, qu’il s’agisse d’aventures épiques dans l’antiquité romaine ou d’intrigues d’espionnage contemporain.

Et en dehors de quelques grands classiques de la littérature, de l’Odyssée au Seigneur des anneaux, en passant par quelques contes d’Hoffmann, Poe, Maupassant ou Pouchkine, je suis plutôt ignare dans le domaine de la fantasy. Paradoxalement, c’est dans ce genre d’univers que j’ai fait certaines de mes premières armes d’« auteur » publié de JdR, plus particulièrement pour Le livre des cinq anneaux, à la faveur de concours de scénarios organisés par La voix de Rokugan. Depuis lors, j’ai également écrit pour les gammes « officielles » de Wastburg ou des Légendes de la Garde (qui doit paraître « sous peu »… depuis des mois).

Mais je n’ai jamais abandonné ma cape ni mon épée, et c’est avec la gamme de Te Deum pour un massacre que j’ai participé à un projet de plus grande ampleur.

Que ce soit en co-auteur de gamme ou relecteur aussi, je marche au coup de cœur pour un univers de jeu ou à la complicité d’esprit avec son auteur. En cela, l’internet est bien pratique : sans un tel outil, il est fort peu probable que j’aurais réussi à « croiser » puis « fréquenter » des personnes géographiquement éloignées, et participer aux aventures éditoriales dont ces échanges tissés à distance m’ont ouvert les portes.

2. Pourrais-tu nous expliquer comment tu es monté à bord de cette expédition vers les Terres Inconnues ?

Voilà longtemps que ma fidélité aux aventures maritimes est bien établie, et tout particulièrement à celles de l’âge d’or de la marine à voile. Outre Privateers and Gentlemen, j’ai pratiqué divers jeux qui offraient de sillonner les mers pour défendre la grandeur du pays comme officier de Marine, pour faire fructifier des intérêts privés comme corsaire, voire pour vivre une carrière libre, forte et courte sous le pavillon des pirates (Capitaine Vaudou, Piratas!!, Pavillon Noir, pour citer certains de ceux que j’ai pratiqués). Ce dernier genre – le JdR de pirates – a été assez fertile en production mais, à ma connaissance, rares sont ceux qui ont connus une réussite commerciale.

En parallèle, j’ai un faible pour le siècle des Lumières, sa créativité, ses contradictions aussi. Le dix-huitième siècle retient mon attention, tant dans ce qu’il a été que dans ce que nous en faisons aujourd’hui : films, BD, livres académiques ou fictionnels, arts « savants » ou populaires.

Et, bien que peu réceptif aux uchronies, j’ai été séduit, en découvrant sa version « amateur », par les perspectives de jeu qu’offrait Terra Incognita. Je ne me souviens plus exactement de la teneur des premiers échanges que j’ai eus à ce sujet avec Julien, l’auteur du jeu, mais je crois pouvoir affirmer qu’ils ont eu lieu dans les Salons de la cour d’Obéron, forum dans lequel nous nous côtoyions déjà depuis un moment. De fil en aiguille, de discussion en discussion, nous nous sommes rendu compte que nous voguions sur une même longueur d’onde à propos de Terra Incognita, et Julien m’a proposé de m’enrôler pour ces horizons au parfum de mystère.

3. Bien, bien, bien. Et à quelle(s) tâche(s) as-tu été affecté jusqu’à présent ?

Dans les premiers temps, le capitaine a bien voulu me faire confiance comme relecteur des ouvrages de la gamme « officielle » publiée aux XII Singes. Cette « relecture » ne se limite pas à une correction orthographique ou grammaticale ; elle comprend aussi des commentaires sur le fond et la forme, des suggestions de réécriture ou de compléments, etc., sans que ce soit, pour autant, un rôle de co-auteur. À mes yeux, ce rôle demande, plus qu’un intérêt pour le jeu lui-même, une certaine complicité d’esprit avec l’auteur : cela permet au relecteur d’oser des propositions de correction, de porter le fer là où cela fait parfois mal (relever des « tics » d’écriture, par exemple), et à l’auteur de les recevoir dans une perspective positive. C’est, en tout cas, ce que j’espère ! Et comme Julien m’a gardé comme relecteur sur les différents ouvrages de la gamme depuis le livre I, je me laisse aller à penser qu’il n’a pas encore envie de me jeter par-dessus bord ou de me débarquer à la prochaine escale.

4. Et là ? As-tu un ordre de mission actuellement ?

Je compte bien continuer à offrir mes services de relecteur pour la suite de la gamme – puisse-t-elle être prolifique. Cependant, je ne vais pas cacher mon envie de contribuer de manière plus active à l’aventure de Terra Incognita. J’ai dû penser si fort que Julien a lu dans mon esprit et m’a proposé d’écrire un des livrets du Mercure céleste, un des ces opuscules qui entraînent les joueurs sous d’exotiques cieux d’aventure. J’ai donc taillé ma plume pour mettre cap sur les Indes orientales, le pays des nababs, des épices, des contrées aux noms chantants – Karikal, Masulipatam, côtes de Malabar et de Coromandel –, horizons prometteurs d’inconnu et de merveilleux, d’intrigues tortueuses et de péripéties épiques.

5. Mmmm, et si tu étais une des Figures du jeu, qui serais-tu ?

Je me dirais porté par le souhait d’être un « Philosophe en quête des Lumières », de tracer ma route l’esprit libre. Je ne pare pas les philosophes des Lumières exclusivement de qualités – certains avaient encore des idées arrêtées sur les femmes ou sur l’esclavage, par exemple – mais je leur reconnais le mérite d’avoir secoué les carcans et libéré une partie des esprits.

Ma curiosité du monde et des autres m’amène aussi à être un « Explorateur intrépide », même si c’est plus souvent en voyageur immobile qu’en découvreur de terres et peuples inconnus. Pythéas, Zheng He, Tasman, Bougainville, Caillé, Lévi-Strauss, et bien d’autres encore, m’ont ouvert les yeux, l’esprit, le cœur, chacun à sa manière.

Enfin, par goût personnel, je ne refuse pas un zeste de « Bretteur à la recherche de nouveaux défis ». Quand je me prends, même très modestement, pour une personne de plume et d’épée, Francisco de Quevedo, Miyamoto Musashi ou le très terra-incognitesque Cyrano de Bergerac font partie de mes figures tutélaires.

6. Au quotidien, quelle est ta principale source de Sérendipité ?

Savoir profiter des petits plaisirs de la vie, les partager avec les gens que j’apprécie. Garder l’esprit libre et ouvert, ne pas être crédule mais conserver une capacité à me laisser surprendre. Et me laisser, quelques fois, emporter par un petit vent de folie. Une recette simple, qui m’a assez bien réussi jusqu’à présent.

Share

Responses

  1. La nuit vous appartient :: Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part, le jeu de rôle says:

    octobre 12th, 2016at 17 h 14 min(#)

    […] grand sympathisant à la cause qui vous avait jadis était présenté en détails ici même : http://www.paysdenullepart.fr/le-role-dequipage-2-francois-xavier-cuende/ Et en plus, ça a l’air de prendre […]

  2. Dis-moi ce que tu manges… :: Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part, le jeu de rôle says:

    juin 15th, 2017at 11 h 02 min(#)

    […] Note : cet article vous est (encore !) proposé par François-Xavier Cuende, grand sympathisant à la cause qui vous avait jadis était présenté en détails ici même : http://www.paysdenullepart.fr/le-role-dequipage-2-francois-xavier-cuende/ […]

  3. Cibus incognitus :: Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part, le jeu de rôle says:

    juin 26th, 2017at 9 h 25 min(#)

    […] grand sympathisant à la cause qui vous avait jadis était présenté en détails ici même : http://www.paysdenullepart.fr/le-role-dequipage-2-francois-xavier-cuende/ Il fait suite au précédent pour former une veine d’inspiration gastronomique pour épicer […]

  4. Derrière les barreaux :: Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part, le jeu de rôle says:

    juin 30th, 2017at 10 h 02 min(#)

    […] grand sympathisant à la cause qui vous avait jadis était présenté en détails ici même : http://www.paysdenullepart.fr/le-role-dequipage-2-francois-xavier-cuende/ Cette fois-ci, notre vaillant mousquetaire délaisse la cuisine pour se rendre directement à la […]

Leave a Response

Menu

Recherche


Dans les nuages...

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg